10 raisons qui poussent vos meilleurs talents à vous quitter

Le processus de recrutement est toujours un pari. Un pari sur la qualité de la personne embauchée et un pari sur l’avenir. C’est aussi un investissement considérable, de temps, d’argent, parce qu’on croit en cette personne, en son potentiel et en son apport pour la compagnie. Ainsi, lorsque nous trouvons un talent, quelqu’un de bon pour l’entreprise au sens large, c’est toujours une déception de le voir prendre la porte. Pourtant, il n’est pas rare que les meilleurs employés démissionnent, et face à ça, la réaction est trop souvent « De toute façon, ce n’est pas ma faute, je n’aurais rien pu faire pour le retenir ».

Une réflexion généralement fausse. Évidemment. Car en réalité, on peut faire beaucoup pour éviter cette conséquence désastreuse. Il s’agit d’un travail en amont, une remise en question qui passe par une prise de conscience : qu’est-ce qui pousse les bons employés à s’en aller ? Voici dix éléments de réponse.

Trop de travail
Oui, bien sûr, si un employé est embauché, c’est pour travailler. Mais lorsque l’employé est bon dans ce qu’il fait, le supérieur a malheureusement tendance à lui demander plus, encore plus, toujours plus. Aucune mauvaise intention en soi, il est simplement content de la qualité de son boulot ! Pour autant, si la quantité de travail est exagérée, si les heures supplémentaires se multiplient et les tâches s’accumulent, l’employé risque de voir ça comme une punition et non comme une marque de confiance.

Il est primordial de bien faire attention à l’équilibre « vie professionnelle/vie privée » de ses employés, car si le travail vient phagocyter le temps personnel de l’employé (temps libre, passions, vie sociale, familiale, amoureuse…), les meilleurs talents, ceux qui sont possiblement sollicités par d’autres, n’hésiteront pas à donner leur démission.

Ou pas assez
Un bon employé qui claque la porte parce qu’il n’a pas assez de travail ? Ne riez pas, ça arrive beaucoup plus souvent qu’on le croit ! Lorsqu’un salarié aime son travail, qu’il met le cœur à l’ouvrage et qu’il le fait bien, il risque sévèrement de s’ennuyer s’il est obligé d’être au bureau pendant 35 heures par semaine, sans avoir matière à travailler. Un employé qui s’ennuie risque de perdre sa motivation, et aller voir rapidement ailleurs, pour trouver une entreprise qui utilise efficacement ses capacités. Cependant, attention, il ne s’agit pas de déléguer n’importe quelle tâche sans intérêt pour simplement «occuper» ses équipes !

Pas de challenge
En effet, dans la suite logique du point précédent, ne pas avoir assez de travail, ou bien devoir effectuer des tâches sans réel intérêt, sans véritable valeur ajoutée, risque de lasser les employés. Pour beaucoup, il n’y a rien de pire que la stagnation et l’immobilisme, car on ne les aide pas à développer leurs compétences, à dépasser leurs limites ou à voir plus loin. Il est fréquent que les meilleurs employés partent vers d’autres horizons, simplement parce qu’ils n’ont plus aucun challenge dans l’entreprise, ils ont l’impression de faire du sur-place.

Manque de considération
Quand on parle de considération, ou de reconnaissance du bon travail, cela peut être un simple mot de félicitations, des compliments publics, une prime, une augmentation du salaire… Bref, une attention portée à l’employé qui fait bien son travail. Malheureusement, beaucoup de managers négligent cela, pas nécessairement méchanceté ou désintérêt, mais peut-être par manque de temps, par oubli, ou à cause du stress de la situation. La conséquence sur le long terme ? L’employé risque de perdre sa motivation et quitter le navire. Cependant, il suffirait la plupart du temps d’une simple attitude pour changer la mécanique, et montrer à l’employé tout le respect et l’estime qu’on a pour son bon travail.

Un lien de confiance rompu
C’est l’une des raisons principales qui poussent les talents d’une entreprise à tourner les talons, et ce, même s’ils aiment leur travail. Le lien de confiance entre des supérieurs et un employé est primordial, mais il est aussi fragile et il doit être soigné. L’exemple le plus commun est celui de la promesse non tenue, quel que soit le sujet (nature du travail, salaire, vacances, jour de repos…). Ce genre de faux pas peut anéantir une bonne relation manager-employé en une seule fois. Par la suite, difficile de réparer ce qui a été cassé !

Une mauvaise relation avec les collaborateurs
On pourrait croire qu’il s’agit d’une situation totalement indépendante de la volonté ou de l’action des supérieurs, et pourtant, c’est souvent infiniment lié. Pourquoi ? Parce que ce sont les managers qui ont mis sur pied leur équipe, qui ont sélectionné les personnes pour la constituer, qui ont choisi de donner telle promotion à untel, telle responsabilité à un autre… En théorie, rien ne doit être laissé au hasard par un manager, donc oui, il est généralement responsable d’une mésentente chronique au sein de son équipe. Et quoi qu’il en soit, le supérieur est surtout en charge de gérer ce genre de situation de crise pour les désamorcer au plus vite, avant que les meilleurs jettent l’éponge.

Une vision d’entreprise floue
Avoir une vision d’entreprise qui n’est pas claire, c’est avancer dans le noir, les yeux fermés, sans aucune idée d’où l’on se dirige. C’est une situation impossible à gérer pour des employés ! En effet, un employé à qui on demande de bosser à l’aveuglette et qui ne comprend pas les objectifs de l’entreprise va rapidement se lasser. La vision commune d’une compagnie est primordiale, et les meilleurs employés ont d’ordinaire à cœur d’être au courant de cette mission et de savoir comment, à leur niveau, ils peuvent y participer et apporter une pierre à l’édifice. En clair ? Il faut un cap précis et connu de tous pour que le Capitaine et ses équipes puissent faire avancer le bateau, tous ensemble.

Les profits avant les personnes
Profits, bénéfices, marges brutes… Beaucoup de bons employés finissent par démissionner lorsque depuis trop longtemps, leurs supérieurs semblent plus se concentrer sur les profits que sur eux. Il est bien évident que les profits, pour une entreprise, sont primordiaux : si on ne fait pas d’argent, il n’y a pas d’entreprise ! Cependant, il faut aussi avoir en tête que ce sont les personnes qui font les profits, et si on n’arrive pas à garder ces bonnes personnes, ces bons employés, alors les profits ne décolleront pas.

Une créativité bridée
Un employé qui aime son travail et son entreprise va fréquemment faire part de ses idées pour améliorer certaines situations. Se faire couper les ailes, par principe et sans discussion, sera évidemment la pire des sensations. Malheureusement, c’est quelque chose d’habituel dans les entreprises, peut-être par manque de temps, d’attention ou de considération. En bout de compte, les employés voient leur créativité bridée, leur autonomie restreinte et leur latitude décisionnelle quasi inexistante, bref, les meilleurs n’hésiteront pas à tirer leur révérence et faire valoir leur expertise ailleurs.

Une hiérarchie sclérosée
Enfin, il faut se rendre compte que les meilleurs employés aiment leur emploi et sont même parfois prêts à s’impliquer encore plus pour faire que l’entreprise réussisse. Néanmoins, une hiérarchie «à l’ancienne», peu flexible, ne laissera que trop peu de marge de manœuvre à ses employés, en les utilisant comme des simples outils plutôt que de les voir comme les acteurs à part entière qu’ils sont réellement. Et c’est là un vrai risque de perdre les meilleurs !

Il est toujours important de se rappeler que si un employé quitte son poste, il y a beaucoup plus de chances que le problème vienne de la relation avec les supérieurs que de la nature même de l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.